english
diamant synthétique          diamant de synthese

Diamant synthétique

 

 

Les diamants ne sont pas tous naturels. Avec les nouvelles technologies, il est dorénavant possible de créer des diamants synthétiques. Par définition, un diamant synthétique (aussi communément appelé diamant de synthèse) est produit en laboratoire par des techniques physiques et chimiques visant à reproduire la structure des diamants naturels. Dans cet article, nous répondrons aux questions les plus posées : quelle est la différence entre un diamant naturel et un diamant synthétique ? Comment les dinstinguer ? Pourquoi acheter un diamant naturel plutôt qu'un diamant de synthèse ?

 

Que dit le standard ISO 18323 sur les diamants synthétiques ?

 

Le standard international ISO 18323 (Jewellery – Consumer confidence in the diamond industry) a été publié en 2015. Il y est écrit : « Un diamant est un minéral créé par la nature, consistant essentiellement en du carbone cristallisé sous forme de système cristallin cubique, avec une dureté de 10 sur l’échelle de Mohs, une densité de 3,52 et un indice de réfraction de 2,42 ». « La dénomination ‘diamant’ sans spécification additionnelle implique toujours qu’on parle de ‘diamant naturel’. Ces deux termes sont équivalents et signifient la même chose ».

 

ISO18323 autorise 3 terminologies différentes pour diamants synthétiques : « synthetic diamond », « laboratory-grown diamond » et « laboratory-created diamond ». Et sa définition est claire : les diamants synthétiques sont « un produit artificiel qui a la même composition chimique, la même structure cristalline, et les mêmes propriétés physiques que le diamant ».

 

Comment distinguer un diamant synthétique d’un diamant naturel ?

 

Il est impossible de faire la différence entre un diamant naturel et un diamant synthétique, à l’œil nu, à la loupe ou même au microscope. Il faut un appareillage spécial, extrêmement coûteux dont seuls les laboratoires gemmologiques (GIA, HRD, IGI) sont équipés.

 

D’où l’extrême importance aujourd’hui pour le consommateur d’acheter uniquement un diamant certifié par un laboratoire reconnu internationalement (HRD, IGI ou GIA) et de bien s’assurer qu’il n’est pas écrit sur le certificat un des 3 termes suivants : « synthetic diamond », « laboratory-grown diamond » ou « laboratory-created diamond ». Il doit être impérativement écrit sur le certificat GIA, IGI ou HRD, « diamond » ou « natural diamond ».

 

Pourquoi acheter un diamant naturel, plutôt qu’un diamant synthétique ?

 

La meilleure raison d’acheter un diamant naturel, c’est justement qu’il est né de façon naturelle comme votre amour. Il a une histoire, comme votre histoire d’amour. Quoi de moins romantique qu’un amour de composition ? Quoi de moins romantique et authentique qu’un diamant de synthèse ? Car le diamant est bien plus qu’un simple morceau de carbone cristallisé. C’est d’abord et avant tout un miracle de la nature qui symbolise la beauté et la magie de la vie, de l’amour, et l’envie irrésistible que ce soit éternel !

 

Les diamants naturels sont rares, en quantité limitée par la nature et ils ne perdent pas de valeur au cours du temps, comme le prouve la hausse lente mais régulière du prix des diamants sur les dernières décennies. Ainsi lorsque vous achetez un diamant naturel, vous n’avez pas de risque de forte dépréciation. Les diamants synthétiques peuvent eux être produits en masse, et avec les progrès techniques et la multiplication des offres, leur prix est voué à décroitre en permanence. D’autant plus que la logique du diamant synthétique est d’être bon marché.

 

En conclusion, comme dans les pierres de couleur (rubis, saphirs, émeraudes…), il s’agit bien de 2 marchés : les pierres naturelles et les pierres synthétiques, ayant pour chacune d’elles leur clientèle. Il est même probable, que comme ce fut le cas pour les pierres de couleurs, plus les diamants de synthèse seront nombreux sur le marché, plus les diamants naturels auront de la valeur.

 

N.B : la pureté et la couleur des diamants naturels peuvent également être modifiées par traitement, par exemple en chauffant la pierre sous haute température et haute pression, pour l’éclaircir ou au contraire la foncer, ou encore pour enlever une inclusion et la rendre pure. Là aussi les laboratoires de gemmologie (IGI, HRD et GIA) mentionnent ces traitements sur les certificats lorsqu’ils ont été pratiqué. Si aucune mention de traitement n’est inscrite, c’est que le diamant n’a subi aucun traitement. 

 

 


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de notre service ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site.

Ne plus afficher En savoir plus