Diamants

Diamant synthétique : 5 vérités essentielles

Diamant synthétique : 5 vérités essentielles à savoir

 

Vos questions sont de plus en plus nombreuses sur les diamants synthétiques. En effet en 2018 la presse aura beaucoup parlé de cette nouvelle façon de créer des diamants de toute pièce : aujourd’hui le diamant rare et naturel, originaire des entrailles de la terre, serait menacé par un « frère jumeau », le diamant synthétique*, né en laboratoire grâce à la possibilité de reproduire artificiellement les circonstances de pression et de température qui forment cette pierre magique. Comme tout nouveau sujet qui a le vent en poupe, on entend tout et son contraire, et de nombreux amalgames ou préjugés font surfaces. Notre but dans cet article est de rappeler certaines vérités essentielles à connaître avant de se décider à choisir entre l'achat d'un diamant naturel ou celui d'un diamant synthétique, ce qui vous permettra aussi de mieux comprendre l'écart de prix.

 

A cet égard, la Diamond Producers Association (DPA), fondée en mai 2015 par sept des plus grands diamantaires du monde, a rédigé un article très clair et énonçant les 5 vérités essentielles à connaître sur le diamant synthétique. Nous le traduisons ci-dessous. A noter que la DPA a pour mission de protéger et de promouvoir l'intégrité et la réputation des diamants, garantissant ainsi la durabilité de l'industrie du diamant, du diamantaire au client final.

 

1) Le diamant synthétique, créé en laboratoire, a certes les mêmes caractéristiques physiques et chimiques que le diamant naturel, mais il n’est pas identique et il est facilement détectable.

 

Les diamants créés en laboratoire sont produits en deux à trois semaines en utilisant deux méthodes différentes : haute pression à haute température (HPHT) et dépôt chimique en phase vapeur (CVD). Chaque méthode laisse des marques de croissance et des signes indicateurs distinctifs d'un diamant produit artificiellement. C'est ainsi qu'ils peuvent être identifiés à l'aide d'instruments professionnels. De plus, la plupart des diamants synthétiques doivent être colorés pour corriger les distorsions créées au cours du processus de production industrielle.

 

2) Les diamants de laboratoire sont produits en quelques semaines, principalement dans des usines situées en dehors des États-Unis, principalement en Asie.

 

La plupart des diamants de synthèse créés en laboratoire ne sont pas produits aux États-Unis mais en Chine, en Inde et à Singapour. Il y a beaucoup d'investissements dans de nouvelles capacités de production en Asie aujourd'hui et la part des producteurs asiatiques devrait encore augmenter. Les producteurs de diamants synthétiques prétendent souvent que leurs produits sont « écologiques » et « transparents ». Cependant, ces affirmations sont généralement vagues et non fondées et l'origine du produit n'est presque jamais révélée.

 

3) Le prix de vente au détail du diamant synthétique continue de s'éroder avec la baisse des coûts de production.

 

Les coûts de production des diamants de laboratoire sont presque entièrement liés à la consommation d'électricité, ce qui explique pourquoi certains producteurs s'installent dans des régions où les coûts en électricité sont bas. Cela explique pourquoi, avec le temps, à mesure que la technologie évoluera, les coûts de production continueront de baisser. Dans le cas de pierres précieuses colorées telles que les rubis, les saphirs ou les émeraudes, le prix des pierres synthétiques correspond à environ 10% de celui de la pierre naturelle.

Il est également important de savoir qu’en raison des économies d’échelle réalisées, plus le diamant synthétique produit est gros, moins le coût par carat est élevé, ce qui contraste nettement avec un diamant naturel.

En tant que produit industriel, un diamant de synthèse n'a aucune valeur de revente et son prix chute rapidement.

 

4) Les émissions de carbone pour produire 1 carat de diamants synthétiques sont similaires et parfois supérieurs à celles pour extraire l’équivalent en diamant naturel.

 

Lorsqu'ils établissent des comparaisons avec les diamants naturels, les fabricants de diamants synthétiques citent souvent les émissions de carbone théoriques des diamants synthétiques en supposant qu'ils utilisent une énergie renouvelable à 100%. En réalité, la production de diamants synthétiques utilise aujourd'hui principalement de l'électricité produite à partir de combustibles fossiles, principalement en Chine, en Inde et à Singapour. Des comparaisons rigoureuses nécessitent une analyse au cas par cas, en fonction des facteurs d'émission du producteur et du pays. Prenons l'exemple d'un 1 carat de diamant synthétique produit à Singapour selon la méthode CVD, qui produit un volume important de diamants synthétiques, l’émission de carbone par carat poli est environ 40% supérieure à celle des diamants naturels taillés.

 

5) Une grande majorité des consommateurs ne considèrent pas les diamants synthétiques produits dans une usine comme de véritables diamants, car ils ne se sont pas formés naturellement sur la Terre.

 

Un sondage Harris mené en mai 2018 montre que 68% des consommateurs américains pensent qu’un diamant de synthèse produit dans une usine n’est pas un « vrai diamant ». Seulement 16% des personnes interrogées le pensent. D'autres enquêtes montrent que, lorsque les consommateurs découvrent le manque de valeur intrinsèque des diamants synthétiques, de moins en moins de consommateurs les considèrent comme célébrant des moments importants de leur vie, même si un nombre croissant d'entre eux les considèrent comme des bijoux ultra-modernes.


*Un diamant synthétique est le résultat d'un processus technologique, par opposition au processus géologique qui crée des diamants naturels. Les diamants synthétiques ont essentiellement la même composition chimique, structure cristalline, propriétés optiques et physiques des diamants que l'on trouve dans la nature. La plupart des diamants synthétiques sont classés en diamants à haute pression, à haute température (HPHT) ou à dépôt chimique en phase vapeur (CVD), en fonction de la méthode de production utilisée. Étant donné que les diamants HPHT et CVD sont pratiquement identiques aux diamants naturels, les différences ne deviennent claires que lorsqu’ils sont analysés dans un laboratoire de gemmes. Les diamants synthétiques représentent un petit segment du marché, mais ils sont de plus en plus répandus et de plus en plus difficiles à détecter. Les laboratoires GIA, HRD et IGI sont à l'avant-garde de ce défi en proposant un rapport distinct pour les produits synthétiques afin d'éviter toute confusion sur le marché.