Diamants

Les prix du diamant vont ils fortement augmenter ?

Prix des diamants : une forte hausse est-elle vraiment probable ?

 

Le diamant est une matière extrêmement rare. Formés en profondeur dans des conditions exceptionnelles, les diamants bruts remontent en surface par l’écorce terrestre, notamment lors des éruptions volcaniques. Ils sont ensuite déplacés et dispersés par le ruissellement des pluies et les cours d’eau, parfois jusqu’au fond des océans. Il faut tellement de circonstances et de contraintes spécifiques pour que cette pierre mythique se forme et parvienne à la surface de la Terre, que son existence même relève en grande partie du plus grand des hasards. Cette singularité fait du diamant la matière naturelle la plus chère connue et une valeur refuge inaltérable.

 

Cette pierre représente le luxe par excellence. Combinant la rareté, la beauté et la pureté, elle est dotée de toutes les valeurs intrinsèques aux objets de luxe. Et le niveau de prix des diamants bruts et taillés a toujours été en hausse : depuis une centaine d’années, le cours du diamant augmente de façon stable de 2 à 3% par an. Comble de la magie, cette pierre est aussi un luxe accessible à presque toutes les bourses, tout en restant une acquisition rare et sublimée dans la vie de tous les couples. En d’autres termes, chaque femme aimée a sa part de diamant(s) et toutes ont le rêve tout entier. En effet, les diamants bruts sortis des mines sont de toutes sortes de poids et de qualité : il en existe donc à tous les prix. Après estimation et classement, les diamants sont taillés, classés et certifiés par poids en carat, couleur, pureté et qualité de taille. Notre site i-diamants propose un catalogue de prix du diamant et une collection de solitaires, bagues, alliances, pendentifs... en or et en platine, tous réalisés sur mesure selon le diamant de votre choix. Sur demande nous pouvons aussi faire l’estimation de diamants en votre possession et vous proposer une offre de prix de rachat et/ou de retaille.

 

Si les mines ne sont pas éternelles, les hausses de prix du diamant seront bien réelles.

 

Les diamants sont éternels mais leurs gisements ne le sont pas. Aucune ressource naturelle ne dure éternellement, et cette pierre déjà rare devient de plus en plus rare. Comme la valeur est fortement liée à la rareté, la hausse du cours des diamants bruts est très probable dans les prochaines années, surtout si la demande mondiale continue de croître selon les estimations, avec notamment l’essor de la Chine, de la Russie et bientôt de l’Afrique.

 

Avant la crise financière mondiale de 2008, les Etats-Unis représentaient 40% de la demande mondiale de diamants. Depuis la crise, la part de la demande en provenance des pays émergents s’est décuplée. Les ventes explosent en Chine et en Inde dont la consommation va bientôt représenter près de 30% de part de marché en 2020, à égalité avec les Etats-Unis dont la part a baissé. Cette évolution va se traduire par une augmentation de la demande mondiale de 6% par an, soit 247 millions de carats.

 

La production de diamants devrait atteindre un sommet cette année 2019, après quoi elle commencera à baisser progressivement. Il est estimé que la production mondiale baissera de 1% à 2% par an jusqu'en 2030. Et une baisse des capacités d’extraction aurait nécessairement pour corolaire une forte hausse du cours des diamants devenant de plus en plus rares au 21èmesiècle.

 

La mine Argyle en Australie devrait fermer en 2020. Sa production annuelle de 14 millions de carats représente environ 10% de la production annuelle totale de diamants dans le monde et la mine est un acteur dominant sur le marché des diamants de couleur. Et bien d’autres mines dans le monde devraient également être épuisées d’ici 2035.

 

Ce décalage entre l’offre et la demande va inévitablement provoquer une flambée des prix.

 

De nouvelles ressources de diamants à explorer pour éviter la pénurie ?

 

Le Canada est devenu ces dernières décennies un acteur stratégique. Gahcho Kué, la plus grande nouvelle mine de diamants au monde au cours des 13 dernières années, est notamment entrée en production commerciale en 2017. Située à 280 km au nord-est de Yellowknife, près du cercle polaire arctique, la mine devrait produire environ 54 millions de carats de diamants bruts au cours de ses 12 années d'existence.  La mine assure la position du Canada parmi les principaux producteurs de diamants au monde.  L’ouverture de la mine est importante pour l’industrie diamantaire du Canada, car elle devrait pouvoir compenser le déclin de la production des deux autres importantes mines de diamants du pays : Diavik et Ekati.

 

L’Angola et d’autres régions moins explorées de l’Afrique aideront aussi à compenser ce déclin de beaucoup de mines actuelles. Le royaume africain du Lesotho pourrait notamment aider à compenser le déficit de production dans d'autres pays, ainsi que dans des régions de Russie relativement peu explorées.

 

Mais les investissements nécessaires à la mise en place de ces nouveaux gisements peuvent souvent dépasser le rendement. L’exploration de diamants est très difficile et les sites les plus « faciles » ont déjà été explorés de manière approfondie. Maintenant, les recherches se déplacent vers des endroits beaucoup plus difficiles d’accès (plus profonds ou plus éloignés) ou vers des endroits auparavant inaccessibles pour des raisons politiques. Qui sait si demain de nouvelles mines seront trouvées et le risque de pénurie écarté ?

 

Une hausse des prix brutale ou progressive sur le marché du diamant ?

 

Quoi qu’il en soit, la route est longue de la mine aux vitrines des bijoutiers. Après leur extraction, les diamants bruts doivent être traités, triés et vendus. Puis ils sont taillés, certifiés et commercialisés par un très large et dispersé réseau de diamantaires jusqu’aux joailliers du monde entier qui les sertissent dans leurs bijoux. Cette multiplicité et diversité des acteurs, la longueur et densité de la chaîne de valeur ainsi que l’absence d’un cours unique favorise une progressivité des évolutions sur le marché du diamant. Les conséquences réelles de la baisse de la production ne se feront pas sentir avant que les détaillants aient à dire aux consommateurs qu’un type de diamant n’est plus disponible et qu’il n’existe pas de pierre de substitution proche des critères de l’acheteur. Cela dit, une inflation progressive des prix est toujours bonne, non seulement pour l’industrie, mais aussi pour les acheteurs. En effet, des prix en légère hausse soulignent la proposition de valeur des diamants.

 

Tant qu’il y aura de l’amour, il y aura des envies de diamant pour sceller une union. Et de plus en plus les femmes s’émancipent et s’achètent elles-mêmes des bijoux en diamants. Ces dernières décennies, le diamant est aussi devenu une valeur refuge de plus en plus prisée pour diversifier les investissements. Cette pierre aura toujours de la valeur tout en étant déconnecté des monnaies, des états et des conjonctures économiques. Une nouvelle demande venant de Chine, d’Inde, de Russie et des autres pays émergents laisse présager une croissance d’un marché, évalué aujourd’hui à 60 milliards de dollars. Le diamant n'a pas fini de faire parler de lui, de sa beauté intemporelle, de ses propriétés exceptionnelles, et de l'évolution de son prix "linéaire ou exponentielle" ?

 

Pour bien comprendre les critères d’estimation du prix d’un diamant, il est important de bien vous renseigner sur les fameux 4C qui font la valeur d'une pierre : Carat, Coupe (Cut), Couleur (Colour), Pureté (Clarity).