Diamantaire à Anvers

 

Les diamants sont-ils éternels ? S'il est vrai que les mines d'exploitation se raréfient, le diamant traverse le temps sans altérer l'inspiration et la fascination qu'il exerce sur les hommes depuis près de 3000 ans.

 

Où trouver un diamantaire à Anvers ?

 

Riche d'une histoire articulée autour du diamant depuis plus de six siècles, Anvers reste la place mondiale du secteur, malgré l'arrivée d'une concurrence récente de l'Asie et du Moyen-Orient. Pas moins de 1700 entreprises du diamant et 4500 diamantaires font rayonner la ville flamande dans le monde entier, faisant d'elle le « Diamant des Flandres ».

 

Vous souhaitez acheter un diamant à Anvers ? Le quartier des Diamantaires est le lieu idéal, dans lequel on achète, on vend, on trie, on taille et on polit les plus beaux diamants du monde. Situé juste à côté de la gare centrale, le célèbre quartier s'étend sur environ un kilomètre carré ; il est constitué de cinq rues, dont trois, interdites à la circulation, constituent le cœur de l'activité professionnelle. Il s'agit de la Rijfstraat, la Hoveniersstraat et la Schupstraat. Vous y verrez les marchands de diamants, les uns à côté des autres, en train de négocier. Des milliers de diamants sont achetés dans ce quartier et expédiés partout dans le monde.

 

Contactez i-diamants.com, plateforme de vente en ligne, gérée par une famille de diamantaires à Anvers depuis 1888

 

i-diamants.com est un site de vente en ligne exclusivement dédié au diamant et à la joaillerie qui exacerbe sa beauté unique et éclatante. Notre famille développe son savoir-faire et entretient la tradition depuis quatre générations. Nous sommes présents à Anvers, Paris, Nice et, depuis 1999, nous disposons d'une visibilité sur le net grâce à notre plateforme. Sur i-diamants.com, nous affichons fièrement nos plus beaux diamants, nos coups de cœur, et notre sélection du moment. Toutes nos réalisations sont fabriquées sur mesure par nos joailliers créateurs, dans nos ateliers de diamantaire à Nice et à Paris. Grâce à i-diamants.com, vous pouvez commander le bijou en diamant de vos rêves, nous livrons dans le monde entier. Tous nos diamants sont certifiés GIA, HRD et IGI et bénéficient de la garantie satisfait ou remboursé. Si vous avez des questions, ou besoin d'un renseignement, vous pouvez nous contacter facilement quand cela vous convient, nous sommes extrêmement réactifs pour vous apporter la meilleure des réponses. En effet, nous sommes diamantaires et entourés d'artisans joailliers, et nous traitons nous-mêmes notre service client.

 

Envoyez-nous un mail à info@i-diamants.com, ou téléphonez-nous au 33 (0) 4 93 18 73 58.

 

Prendre rendez-vous via i-diamants.com avec un diamantaire à Anvers

 

Vous souhaitez un rendez-vous physique avec un diamantaire ? Vous avez la possibilité de rencontrer un de nos experts en diamants à Anvers, Paris ou Nice par l'intermédiaire de i-diamants.com. Votre satisfaction est notre priorité, nous nous faisons forts de vous recevoir rapidement et de vous accompagner dans toutes vos réflexions jusqu'au choix final de votre diamant.

 

Le métier de diamantaire à Anvers

 

Comment devient-on diamantaire ? Les diamantaires sont peu nombreux sur la planète, et Anvers est leur capitale. Dès le XVème siècle, les diamantaires d'Anvers ont su bâtir leur prestigieuse réputation grâce, notamment, à leur connaissance de la filière diamantifère, et à leur expertise dans le choix des pierres brutes qu'ils transforment en joyaux éblouissants, prisés dans le monde entier. Le passionnant métier de diamantaire exige des qualités de maîtrise manuelle exceptionnelle. Ces artisans, experts dans leur domaine, travaillent le diamant brut, le taillent selon des techniques qui exigent précision et technicité. Un diamantaire possède l'art extraordinaire de décoder la pierre pour dévoiler son âme, en percer tous ses mystères afin de les rendre lisibles aux yeux du public. Au final, ils présentent une pierre taillée, aux multiples facettes d'une beauté pure et éclatante, qui suscite une émotion inégalable lorsqu'on l'admire.

 

Avec l'essor du commerce mondial, les diamantaires ont dû aussi s'adapter à l'évolution du marché du diamant, associé aux techniques de communication et de marketing, notamment digital.

 

L'achat et le négoce de diamants bruts

 

La Diamond Trading Company DTC


Il existe trois voies pour se procurer des diamants bruts. La première consiste à les acheter à la Diamond Trading Company DTC. Cette entreprise légendaire dans l'histoire de l'industrie du diamant restreint son accès à quelques heureux diamantaires aux capacités financières élitistes.

 

Le marché « Outside »

 

Ce marché échappe au contrôle de la DTC. Il est composé de quelques entreprises d'exploitation industrielle de diamants bruts, semi-industrielles ou artisanales, mais aussi de comptoirs d'achats présents dans les pays producteurs africains. Le négoce est mené par un expert.

 

Les bourses du diamant

 

Plus de la moitié du commerce international de diamants bruts se déroule à Anvers, où le célèbre quartier des Diamantaires ne renferme pas moins de quatre bourses aux diamants. Chacune d'elles est spécialisée dans le négoce de diamants bruts ou taillés, et parfois les deux. Les autres principales bourses aux diamants se trouvent à New York, Londres, Bombay et Tel Aviv. Le plus sûr moyen de négocier l'achat de diamants bruts à Anvers est de se rapprocher d'un courtier en diamants, ou d'un diamantaire. Les conditions d'accès à ces bourses sont également strictes, mais cependant elles sont plus abordables que les conditions requises pour être membre de la DTC. Une bonne connaissance du milieu du négoce du diamant et l'expertise d'un diamantaire sont essentielles pour mener un achat à terme dans de bonnes conditions.

 

La taille de diamants bruts en diamants taillés

 

Le diamantaire va mettre son art au service du diamant brut pour lui donner éclat, beauté, et magnificence. Pour cela, il va procéder en plusieurs étapes, la première étant l'observation.

 

  • L'observation

 

L'examen rigoureux du diamant va permettre au diamantaire de définir les plans de clivages, et de décider de sa taille. L'oeil du diamantaire est son premier outil.

 

  • Le clivage

 

Le clivage est une opération qui consiste à séparer le diamant en deux, en respectant les plans de clivages. Ceux-ci sont toujours parallèles à l'une des faces de la pierre. L'opération est délicate ; en effet, le diamant, malgré sa dureté, peut voler en éclat durant le clivage. La pierre est placée dans un étau, le diamantaire creuse une légère entaille sur le plan de clivage choisi. Puis il introduit une lame en acier et frappe d'un coup sec : le diamant se divise en deux parties laissant apparaître, sur chacune d'elles, une nouvelle surface absolument plane, similaire à une surface polie.

 

  • Le sciage

 

Le sciage, moins risqué que le clivage, partage aussi le diamant en deux ; toutefois, au vu des risques encourus avec le clivage, il est plus répandu. Par ailleurs, son intérêt réside dans le fait qu'on peut conserver les pointes des diamants, on peut donc partager le diamant dans un plan non clivable, ce qui n'est pas réalisable avec le clivage. Il existe deux systèmes de sciage : l'un requiert l'emploi d'un disque en métal enduit de poudre de diamant et d'huile. L'autre système est un sciage au laser, qui permet la découpe lorsque le sciage n'est pas possible.

 

  • Le débrutage

 

La phase de débrutage du diamant est, en quelque sorte, l'opération préliminaire à sa taille ; elle arrondit la ceinture de la pierre, ébauche sa forme, et le prépare à la taille. Pour réaliser cette étape, le diamantaire utilise une machine à débruter, qu'on peut comparer à un tour de précision : le diamant est serti sur un axe de débrutage qui va tourner à une vitesse de 1700 tours/minutes environ ; en face, dans le mandrin, un autre diamant est serti ; ses frottements sur la pierre à tailler vont arrondir les angles, les arêtes, et présenter une ébauche de la forme finale.

 

  • Le facettage

 

Dans cette étape, le diamantaire va créer les facettes du diamant, il va notamment déterminer les critères de symétrie. Le diamant à facetter est présenté à la surface d'un disque enduit d'un mélange de poudre de diamant et d'huile qui tourne environ à 4000 tours/minutes, jusqu'à ce que la facette soit formée. Le diamantaire choisit l'inclinaison des facettes de telle sorte qu'elles réfléchissent un maximum la lumière. Cette phase est primordiale et influe sur la valeur finale du diamant. Aujourd'hui cette opération se réalise grâce à l'utilisation d'ordinateur.

 

  • Le polissage

 

Enfin, la dernière étape consiste au polissage du diamant et s'effectue sur le même poste de travail que le facettage. Le diamant est frotté avec un abrasif plus doux jusqu'à son polissage complet.

 

Le négoce de diamants taillés

 

Le négoce des diamants taillés est différent du négoce des diamants bruts. Pourtant, on pourrait croire qu'ils sont liés et que le marché des diamants taillés serait dans le prolongement logique du marché du diamant brut ; il n'en est rien. Au contraire, il existe des facteurs importants à l'origine de déséquilibres. Ainsi, l'existence d'un oligopole entre les sociétés minières d'exploitation du diamant en est une ; ces sociétés très peu nombreuses concentrent à elles seules le monopole de l'offre face à un grand nombre d'acheteurs.

 

Lorsque l'on considère la demande de fabrication d'un diamant taillé et monté sur un bijou, d'autres critères sont à prendre en compte dans le calcul de sa valeur, par exemple le cours du taux de change, la couleur, la pureté et la forme du diamant, le travail du diamantaire, et, bien sûr, la notoriété de la marque qui vend le bijou.

 

L'histoire des diamantaires à Anvers

 

Les historiens estiment l'avènement du négoce du diamant au IVème siècle avant J.C, en Inde. A cette époque, les échanges commerciaux par voie terrestre entre la Rome antique et l'Inde s'effectuaient entre l'Anatolie et la Perse et étaient très limités ; de ce fait, les diamants étaient alors un luxe réservé aux riches familles indiennes. Au Ier siècle, le développement des voies maritimes par la mer Rouge et l'océan Indien puis l'expansion de la Route de la soie permettent l'essor du commerce du diamant. Les premiers diamants font ainsi leur apparition en Europe. Au IXème siècle, ils sont souvent échangés contre des chevaux, de la soie, des épices, etc.

 

L'origine d'Anvers comme centre mondial du diamant

 

Au XVème siècle, Anvers devient un centre incontournable du transit commercial entre l'Inde et l'Europe ; les premiers diamants bruts en provenance d'Inde arrivent dans la région d'Anvers. Ils deviennent rapidement les bijoux les plus recherchés des riches européens. Le commerce du diamant s'intensifie grâce à la réputation prestigieuse que se partagent les commerçants spécialisés d'Anvers.

 

Au XVIIIème siècle, les ressources diamantifères de l'Inde se raréfient, et d'autres gisements sont découverts au Brésil. Le commerce explose sous la découverte d'un gisement en Afrique du Sud en 1866. Il faut attendre 1886 pour que les diamants abondent véritablement sur les tables du café Flora à Anvers : c'est le début de la fabuleuse histoire des diamants d'Anvers.

 

Les communautés de diamantaires à Anvers : Flamands, Juifs, Indiens, Libanais, etc.

 

Plusieurs communautés se partagent le quartier des Diamantaires à Anvers, les deux principales étant les Indiens et les Juifs. La communauté juive y est présente dès le XVème siècle, alors que la communauté indienne ne s'y est installée que récemment, dans les années 1970 ; elle a pourtant pris la main sur ce marché, en détrônant les Juifs qui régnaient sur le commerce du diamant avec les Arméniens et les chrétiens maronites du Liban. Les Indiens contrôlent maintenant une grande partie de la filière du diamant, de l'exploitation jusqu'au détaillant.

 

La compétition internationale et les autres places fortes du diamant dans le monde : Tel Aviv, New York, Bombay, Hong Kong

 

Pendant la IIème Guerre mondiale, les Juifs ont quitté Anvers pour rejoindre New York et Tel Aviv. A la fin de la guerre, ils y sont restés et ont repris leurs activités de diamantaire, faisant de Tel Aviv la deuxième place forte de négoce du diamant après Anvers.

 

Récemment, l'Inde est réapparue sur ce marché. Depuis que le quartier des Diamantaires à Bombay a emménagé dans sa nouvelle Bourse en 2010, les diamantaires indiens ne cachent pas leur objectif de détrôner Anvers et de devenir le leader mondial du diamant.

 

Depuis 2005, la concurrence provient aussi des villes de Dubaï, Shangaï et Hong Kong, devenues des centres internationaux de négoce du diamant.

 

En 2018, les diamantaires d'Anvers ont négocié pour 46 milliards de dollars de diamants bruts (46% du marché mondial) ou polis (50 % du marché mondial).