Les 4C du diamant, critères d’évaluation.

Les 4C du diamant  pureté (C de Clarity) Couleur Carat taille (C de Cut) Bijou diamant les 4 C

 

critères d'évaluation du diamant


Les 4C du diamant

 

L'attestation des 4C du diamant, de Carat, Couleur, Clarity (pureté), et Cut (taille), à condition d’être étayée par un Certificat  reconnu, est indispensable en tant que garant, protégeant de l’arbitraire.

 

Le C de Carat 

 

Le carat métrique est défini comme étant égal à 0,2 grammes, soit 5 carats = 1 gramme;  un diamant cela ne pèse pas lourd, mais c’est le facteur qui «pèse» le plus sur le prix du diamant. Le premier des 4C non sans raison.

 

 

Le C de Clarity (pureté)


On entend par pureté l'absence d'inclusions. Les degrés de pureté des diamants purs à l'oeil nu sont mesurés sous agrandissement 10x. L'indice de réfraction de la lumière très élevé du diamant et son grand pouvoir de réflexion font que les inclusions sont difficiles à voir à l'oeil nu.

 

VVS, VS, Si ... Choses regardées mais pas vraiment vues. Personne n’a une loupe à la place des yeux. Mais l’idée de pureté, de perfection, étant associée au diamant, la demande dune bonne pureté se comprend. Ce n’est pas l’oeil qui voit, c’est l’âme; pour une âme pure, diamant pur à la loupe (en anglais IF de Internally Flawless), cela se conçoit.

 

Le choix d’un degré de pureté «Si» de «Slight Inclusions», «petites inclusions» visibles à la loupe, demande de la sélectivité, du métier, de l’intelligence, de la tolérance. Ces inclusions, bien à tort considérées comme des défauts, disposées suivant des plans préférentiels de la cristallisation, ont leur beauté, leur poésie, et sont des signatures naturelles, renforçant l’identité de la pierre.

 

Aucun cristal naturel n’est absolument pur, il y a toujours une infinitésimale proportion d’éléments étrangers.

 

La pureté dans le diamant, comme dans la vie, est rare sinon absente, donc prisée, chère. Le plus cérébral des 4C.

 

 

Le C de la Couleur : une impureté ?


La couleur de la majorité des diamants en joaillerie est «un blanc», un blanc brillant, aveuglant, secret :  on ne voit pas la couleur, le blanc incolore c’est l’absence de couleur, pas de couleur ... ou  plutôt la somme de toutes les couleurs donnant le blanc, des nuances de blancs...  C'est cette qualité difficilement saisissable qui fascine : chose regardée mais pas vraiment vue.

 

Les nuances de blanc des diamants blancs varient de l’incolore parfait, nommé «blanc exceptionnel+» ou «D», à  de très très légères teintes de jaune : ils contiennent des atomes de gaz présents lors de la cristallisation du diamant, atomes qui absorbent de la lumière et provoquent une légère coloration. Dans ce sens la couleur est une impureté, bien que microscopique. Des éléments étrangers «impuretés» qui donnent de la couleur, du doux blanc nuancé «i» aux diamants de couleurs vives dites «fancy vivid».

 

Le Blanc, symbole de la pureté aussi, pierre blanche, page blanche. Le plus symbolique des 4C.

 

 

Le C du «Cut» : la taille


Le diamant brut est coupé (sexus), sculpté, taillé à la perfection, poli, fini pour une brillance de la lumière maximale, pour être pleinement le fascinus qui attire, illumine  et arrête le regard de l’autre. C’est la nécessité d'une très bonne taille.

 

C’est là où «la main de l’homme» intervient. C’est aussi le passage -et le lien- de la Nature (le diamant brut, la création au temps archaïque, la main de dieu ?) à la Culture (le diamant taillé, la main de l’homme, un travail de Civilisation et d’accession  à la  sublimation, l’art).

 

La main de l’homme, et son savoir-faire technologique du jour bien sûr. Rien n’est plus fascinant que le jaillissement du feu de lumière d’un diamant bien taillé.

La taille est le paramètre variable qui va déterminer le rendement de beauté des données naturelles (carat, pureté, couleur). Le plus technique des 4C.

 

 

4C = 4 critères de qualité du diamant, dont le Cut = taille diamant

 

Les 4C ensemble


Nous recommandons une approche «holistique» qui consiste à prendre en compte chaque diamant dans sa globalité plutôt que le considérer de manière morcelée dans une approche centrée sur les critères isolés. De concilier largeur de vue et microscope.

 

Chaque diamant est unique comme toute personne, et on n’aime pas tous les mêmes. C’est une question de préférences  personnelles.  Le puriste choisira des diamants purs, le perfectionniste une pierre de taille très bonne ou excellente, le connaisseur un juste équilibre, l’amateur d’extrêmes un blanc exceptionnel+, le fortuné le plus cher, le futur fortuné le meilleur rapport qualité prix, et l’amoureux sans conteste le choix le plus beau, celui du coeur , le C de Coeur, voir notre "dictionnaire amoureux du diamant : au-delà des 4C, une approche différente de ce brillant objet du désir.

 

Selon votre budget, vous devrez néanmoins établir des priorités. L'expérience nous a montré qu'elles différent selon les personnalités de nos clients. Pour synthétiser nous avons identifier 3 grands types d'approche, expliquées ci-dessous.

 

Les 4C du diamant et vous
Vos préférences Couleurs  Puretés
 L'effet visuel : le poids en priorité H - I SI
 La perfection du diamant : la blancheur et le pureté au maximum D - E IF - VVS
Le choix de l'équilibre des 4C F - G VS

 

4C diamant

 

L'effet visuel du diamant, le poids en priorité

 

Pour ceux qui privilégient le volume, le poids du diamant, nous vous recommandons de choisir :

  • des puretés de type SI1 ou SI2, sans aller jusqu'au piqué (inlusions de type I1, I2, I3 ou I4) qui nuit fortement à la brillance du diamant et se voit très facilement à l'oeil nu.
  • quand vous choisissez un diamant de type SI1 ou SI2, demandez où se trouve l'inclusion pour des diamants dont le poids dépasse les 0,50 carat. En effet il vaut mieux que l'inclusion soit légère et blanche, si possible (hors du centre càd hors de la table), pour ne pas qu'elle se voit à l'oeil nu.

 

La perfection du diamant

 

Pour ceux qui privilégient l'idée de perfection du diamant, il convient de choisir :

  • des puretés très élevées de type IF (Internaly Flawless) ou VVS (Very Very Small Inclusion)  qui ne se voient que très difficilement au microscope. Le diamant est ainsi extrêmement pur.
  • des couleurs très élevées de type D (blanc exceptionnel+) ou E (blanc exceptionnel), le diamant est ainsi incolore.
  • à cela s'ajoute l'importance de choisir une qualité de taille notée "Excellente" par les plus grands laboratoires de gemmologie (HRD, GIA ou IGI) pour renforcer la pureté et la blancheur absolues par une brillance exceptionnelle de votre diamant.
  • et surtout éviter la fluorescence, qui dans certains cas peut donner un aspect à la pierre, et qui quoiqu'il en soit déprécie toujours sa valeur.

 

Le choix de l'équilibre des 4C

 

Pour ceux qui privilégient un bon équilivre des critères pour ne rien sacrifier, l'idée serait alors de :

  • choisir une pureté de type VS (Very Small Inclusion) invisible à l'oeil nu et difficilement visible à la loupe
  • choisir une couleur de type F (extra blanc+) ou G (extra blanc)
  • choisir une qualité de taille notée "Excellent" ou "Very Good" par GIA, HRD ou IGI
  • rester dans une fluorescence de type "None" ou "Slight/Faint" (légère)

 

Et quelque soit la configuration que vous préférerez selon votre personnalité et celle de votre dulcinée, il est un critère à toujours maximiser : la qualité du Cut (taille). Les diamantaires considérent souvent que c'est la qualité de la taille qui donne à un diamant le meilleur de sa valeur. La taille a pour fonction d'augmenter la brillance et le feu de la pierre. Ces deux qualités doivent être distinguées.

 

La brillance du diamant 

 

Cette qualité tient de la quantité de lumière blanche renvoyée à l'oeil : le brillance exprime la réfraction. Contrairement au verre qui laisse passer la lumière, un diamant n'est pas transparent, il reflète la lumière, son indice de réfraction est très élevé.  La différence de brillance se mesure très bien à la quantité de lumière renvoyée, mais elle est difficile à estimer sans instrument de mesure ; le chatoiement se voit mais ne se mesure guère.

 

Le feu du diamant

 

Cette qualité, dite aussi dispersion ou scintillement, vient des jeux de couleurs dus aux effets de prisme des facettes du diamant. Comme le soleil qui brille sur la mer en de multiples éclats de couleurs, différents selon les vagues, la lumière jaillit en feu de couleurs au contact du diamant. Cet effet donne du contraste et de la vie à la pierre.

 

Voir aussi nos conseils et recommandations pour le choix des 4C.
 

 
diamant les 4 C

EnregistrerEnregistrer